Rando Bivouac en VTTAE dans les Alpages

Le mois de septembre et ses longues après-midis, encore chaleureuses, ses teintes de fin d’été, et personne sur les chemins. Une petite escapade se profile à l’horizon. Retour sur une jolie rando bivouac en VTT électrique dans les alpages du Grand Bornand.

Préparatifs pour le bivouac

Alors voyons voir, de quoi avons-nous besoin pour notre sortie sous la tente, avec “dîner” et petit déj inclus ?

préparation pour le bivouac rando VTTAE

Une tente légère, tapis de sol et sacs de couchage, frontales, nos protections individuelles, une bonne terrine (et sa bouteille assortie), de l’eau, quelques graines et un petit réchaud pour le café du matin. On fait rentrer tout cela dans nos sacs de rando. Les batteries sont chargées à bloc. On est prêts.

sacs à dos rando pour rando VTTAE bivouac

Départ en fin de journée

Après avoir tracé l’itinéraire sur le GPS, nous estimons le temps total de rando et décollons du Chinaillon à 17h30. (Komoot est super pour planifier les itinéraires, et Relive permet de tracker l’itinéraire puis de créer une vidéo comme celle en fin d’article.)

tracé itinéraire Chinaillon VTTAE
Le soleil se couchant à 20h, nous devrions arriver sur notre lieu de bivouac à temps pour monter la tente. Nous pédalons en direction de la crête de l’Almet, sur le domaine skiable. En chemin, nous passons par une ferme et corrigeons notre oubli… Eh oui, le reblochon aurait manqué pour l’apéro bien mérité !
Vaches Grand Bornand itinéraire VTTAE

''Merci les copines, continuez comme ça vous faites du bon boulot !"

Les bivouaqueurs affamés

Une fois au sommet de l’Almet, direction le col des Annes. Le coucher de soleil fait déjà des siennes. Nous basculons derrière les petites fermes du col. Les panneaux d’indications manquent à l’appel, mais en suivant le tracé nous retrouvons notre chemin. Nous laissons la Pointe Percée sur notre droite et longeons les Aravis au fur et à mesure que le soleil décline, c’est juste à tomber ! La Pointe de Bella Cha prend des teintes rosées. Au détour d’un sentier, des Abondances broutent tranquillement. Nous descendons de vélo pour les dépasser. La nuit commence à tomber, il ne faudrait pas les effrayer.

passage pied à terre en VTTAE dans les Alpages

Plus loin, ce sont des chevaux en liberté que l’on croise. Farouches, ils ne se laissent pas approcher.

Après avoir dépassé le petit hameau de Méry, nous cherchons sur le plateau un petit endroit où poser notre tente. Mais nous étions un peu “short” sur le timing, car nous n’avions pas compté le temps pour trouver un endroit plat, sans rocher ni bouse, et où les vaches n’avaient pas élu domicile pour la nuit…

On monte donc la tente entre chien et loup, se démenant pour aplanir le sol. Et… Apéro ! La nuit est claire, parsemée de nuages et sans lune. Reblochon et terrine à la belle étoile, un petit verre de vin dans un gobelet, au son des grillons et du cri des chouettes. N’est-ce pas le meilleur des repas ?

Réveil sonnant et trébuchant…

Au petit matin, le son des cloches au loin se rapproche de plus en plus. Vite, vite, on sort de la tente pour ne pas se faire écraser par une vache curieuse qui se met à lécher la rosée sur la tente, en posant ses gros sabots sur les piquets. Bon, on a compris, on déménage.

descente forets rando bivouac vttae

La descente sur Le Reposoir se fait par de jolis chemins sous les arbres, en sous-bois, quelques passages en montée. On arrive au Reposoir.
C’est finalement là que l’on prendra le petit déjeuner, dans un café en terrasse.

Montée du col de la Colombière

On se met dans la peau des cyclistes du Tour de France et on emprunte la route. Mais avec 8kgs sur le dos et des pneus larges, ça ne donne pas le même résultat. Dès qu’un joli chemin se profile, on l’emprunte. La montée est coriace avec les sacs, et le soleil chauffe comme en plein mois d’août. Mais le temps est beau, on en oublierait presque l’effort… ou aurais-je activé le mode Turbo par erreur…? 😉
Retour au Chinaillon pour midi. Les batteries oscillent entre 20 et 30%, on a bien géré l’autonomie de la batterie malgré tout notre matos.

Une belle évasion sur roues au son des cloches des Abondances dans nos alpages du Grand Bornand.

Marion Clerc

Marion Clerc

Co-fondatrice et rédactrice d'Arav'eBike, rideuse depuis ses premiers pas, née et élevée au grand air, face aux combes des Aravis.

Vous avez aimé notre article ? Partagez-le !

Restez informé et suivez nos périples en roues libres

L'ARAV'ISSANTE newsletter

Call Now Button